ATAR

Feu visible et invisible

Ahura Mazda, divinité unique, abstraite et transcendante du zoroastrisme donne naissance à Atar, feu primodial, lumière fulgurante, qui précède et engendre les illuminations célestes. ATAR est un projet artistique qui concrétise 10 ans d’explorations et situations poétiques d’Ohm-art dans des lieux clos dédiés ou non à l’exposition et/ou dans l’espace public. Une esthétique relationnelle singulière et fragile, véhiculée par l’image et la voix, conçue et dirigée par Sarah Mulot (plasticienne et photographe) avec la complicité de Julien Vadet (créateur sonore).

ATAR, ses caravanes et les artistes qui le créent, portent en eux un feu visible et transmissible aux habitants et citoyens de nos places publiques. Ce feu est le premier foyer, il devient aussi la source d’un nouveau récit fictif, d’une légende urbaine. “ATAR, feu visible et invisible” se diffuse dans l’espace public à travers des écrits, légendes d’images, débuts d’histoires et extraits d’une nouvelle fable inventée et écrites à plusieurs dont les échos tapissent peu à peu nos espaces ordinaires. Les artistes de Ohm-art campent sur la place publique, acteurs sociaux impliqués souvent perturbateurs, ils invitent à l’imaginaire, créent des rencontres poétiques et entretiennent ce feu avec les habitants : la légende d’ATAR. Les extraits de ce conte affichés et entendus ici et là invitent au merveilleux dans la rue et constituent un jeu de piste sans but, ni règles, si ce n’est le plaisir de s’en saisir pour imaginer une suite à l’histoire. ATAR c’est aussi une urgence, celle de s’affranchir de tous les diagnostics et préjugés, faire confiance à son intuition, son expérience pour laisser vibrer le territoire et ses habitants, le spontané, le présent. Permettre un feu, convivial et inattendu, sur nos places endormies. ATAR, feu visible pour certains, invisible pour d’autres, est conçu comme une constellation où l’interstice entre deux images, deux sons, deux mots, où la pose et l’entre-deux est ce qui donne sens à l’ensemble.